Association Française du Télétravail et des Téléactivités
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Un scooter pour les demandeurs d’emploi

Un scooter pour les demandeurs d’emploi

Et si on offrait aussi la possibilité de télétravailler ?

D 20 octobre 2008     H 21:23     A webmaster     C 0 messages


Communiqué de l’AFTT

Le 29 septembre 2008, à la suite de la publication des résultats du chômage pour le mois d’août, le secrétaire d’Etat à l’Emploi, Laurent Wauquiez a déclaré : «  Aujourd’hui, un demandeur d’emploi qui n’a pas de permis de conduire, pas de voiture ou pas de scooter pour se déplacer, ne peut chercher une offre d’emploi que dans un périmètre de trois kilomètres autour de sa maison. Je préfère que l’on puisse financer un permis de conduire, mettre à sa disposition une voiture ou un scooter sur une période de deux mois et lui permettre de retrouver un emploi » (France-Info, 29 septembre 2008).

Il n’est évidemment pas question de discuter la légitimité d’une telle mesure mais, outre le fait qu’elle ne semble pas être très en concordance avec les objectifs de réduction des pollutions dues à la circulation automobile, on peut s’interroger sur son actualité.

En effet, le travail moderne est de plus en plus dématérialisé et s’effectue au sein de réseaux (internes aux entreprises ou entre entreprises) ; cette particularité entraîne la création d’un nombre croissant de postes de travail à distance (même si le rythme de cette création est insuffisant dans notre pays).

Dès lors, il semblerait judicieux de proposer le télétravail :

- aux demandeurs d’emploi, qui pourraient trouver une solution moins coûteuse pour eux et la collectivité et une offre d’emplois possibles élargie (bien entendu le contact humain est important mais le télétravail 3 ou 4 jours par semaine est tout à fait possible) ;

- aux employeurs, qui pourraient ainsi agrandir leurs périmètres de recrutement ;

- aux collectivités locales, qui pourraient installer sur leur territoire, des télécentres permettrant d’éviter, à certains de leurs habitants, les fastidieux déplacements quotidiens domicile-travail.

Tel est le sens de l’appel que nous lançons, et qui sera proposé au débat public, en particulier dans la préparation, d’ores et déjà engagée, des Assises et de la Semaine du télétravail (23-28 mars 2009).