Association Française du Télétravail et des Téléactivités
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Télétravail : le plus tôt sera le mieux, si !

Télétravail : le plus tôt sera le mieux, si !

D 14 novembre 2009     H 09:09     A Philippe Planterose     C 0 messages


Le mot du Président

Télétravail : le plus tôt sera le mieux, si !

Le télétravail est inéluctable. De la
même manière que le téléphone
portable a supplanté en nombre le
téléphone fixe, le télétravail va
s’imposer au fur et à mesure comme la
« manière » de travailler pour toutes
celles et pour tous ceux qui utilisent un
ordinateur relié à internet pour
effectuer leur activité professionnelle.
Le plus tôt sera le mieux comme le
montre la série d’avantages qu’il
comporte aussi bien pour les salariés,
les entreprises et la société, mais à
condition qu’une révolution mentale se
mette en place.

En effet en France, il faut que les
mentalités évoluent encore.
Quand on apprend que certains
responsables managent leurs équipes
par des objectifs inatteignables sans se
soucier des charges de travail de leurs
collaborateurs, on peut désespérer de
l’intelligence humaine et du respect
qu’il faudrait impérativement
retrouver. Ceux et celles qui se
suicident à cause de leurs jobs ne sont
plus là pour crier leur demande de
changement !

Oui la mise en place du télétravail peut
créer un espoir mais il peut aussi
développer un enfer, si un nouveau
management ne se met pas en place
Dans la mesure de ses moyens, l’AFTT
entend apporter sa contribution aux
mutations nécessaires au sein des
organisations en développant une
approche systémique et holistique
répondant aux interrogations de
chacun.

Dans celle-ci l’être humain reste au
centre des préoccupations, qu’il soit
simple salarié, technicien, middle
manager, responsable d’entreprise,
agent de la fonction publique, chef de
service, ou directeur des services !
C’est à cette condition que le
télétravail apportera les nombreux
avantages qu’il peut procurer et non
en regardant par le petit bout de la
lorgnette comme le fait encore une
certaine presse.

Philippe PLANTEROSE