Association Française du Télétravail et des Téléactivités
Vous êtes ici : Accueil » Activités » TELETRAVAIL et PME : Un plan Marshall pour les PME

TELETRAVAIL et PME : Un plan Marshall pour les PME

par Philippe Planterose

D 3 octobre 2006     H 23:34     A webmaster     C 0 messages


Un plan « Marshall » pour les PME

TELETRAVAIL et PME

Note complémentaire de Philippe PLANTEROSE ( Président de l’AFTT) :

Suite au colloque sur l’innovation pour les PME (DUNKERQUE - 26-27-28- septembre 2006 organisé par l’Université du Littoral.

Je vous résume mon intervention,

après les études menées par la DIACT :
http://www.diact.gouv.fr/
et le rapport du Sessi intitulé : Tableau de Bord du Commerce Electronique : http://www.industrie.gouv.fr/sessi/

Intervention

La France dans l’usage des TIC par les PME est entrain de perdre pied par rapport aux autres pays « avancés ». Nous assistons à une « fracture numérique » de nos propres entreprises par rapport à celles des autres états, et de la France par rapport aux autres pays. Il faut appeler un chat, un chat.

Les faits en 3 tableaux :

1er tableau :Connexions Haut Débit (Sessi - Idate) des PME de + 10 salariés :
-  Suède : 83%
-  Danemark : 82%
-  Finlande : 82%
-  Espagne : 78%
-  Belgique : 78%
-  Pays Bas : 73%
-  Royaume Uni : 66%
-  Allemagne : 62%
-  Italie : 58%
-  France : 52% (dernier rang de l’étude)
Une entreprise sur 2 n’est pas connectée en haut débit avec des variations très grandes entre secteurs économiques et géographiques.

2ème tableau : Nombre de serveurs sécurisés (SSL) pour 100 000 habitants :
Rappelons ici que ce sont les seuls serveurs qui permettent à une entreprise d’entrer réellement dans la Société Numérique dont le travail à distance, les extranets sécurisés avec les clients, le télétravail, etc...)

-  USA : 68
-  Canada : 48
-  Royaume Uni : 34
-  Suède : 32
-  Danemark : 31
-  ....
-  ....
-  ....
-  France : 6 (dernier rang de l’étude) Conséquence : Comment peut on télétravailler ? puisque les supports et les ressources qui le permettent n’existent pratiquement pas !

3ème tableau : Nombre de télétravailleurs en % travaillant au moins une fois par semaine dans un autre lieu que l’entreprise en utilisant les TIC.

-  Pays Bas : 25,4%
-  Allemagne : 22,8%
-  Finlande et Danemark : + 20%
-  Italie, Suède, Royaume Uni : +15%
-  ......
-  France : moins de 6% comprenant les indépendants (1%) et les commerciaux.(4 à 5%). (dernier rang de l’étude avec l’Espagne).

CONCLUSION DE CES 3 TABLEAUX

- 90% des chefs d’entreprise français ne connaissent pas les possibilités d’usage des TIC dans l’organisation de leur entreprise (management - marketing - commercial - gestion) et quand ils connaissent quelque chose : c’est juste la partie émergée de l’Iceberg : Internet dans sa partie Web et le courrier électronique mais en aucun cas l’usage des applicatifs de leur système d’information en VPN (Virtual Private Network - Réseau Privé Virtuel : Technologies Internet Sécurisées et Cryptées)
- (On parle sans arrêt des besoins de formation des salariés en particulier pour ceux qui sont en recherche d’emploi !
Quand va-t-on prendre en compte que dans nos PME et nos TPE, le chef d’entreprise doit se former à la nouvelle société mondialisée et numérisée qui se met en place ?)

Les causes de ce retard demandent une étude sérieuse :
-  Est-ce l’âge des chefs d’entreprise ?
-  Le niveau de leur formation ?
-  Leur manque de connaissances des sciences de l’organisation ?
-  Leur méconnaissance des possibilités informatiques jugées trop complexes ?
-  Leurs craintes vis-à-vis des fournisseurs informatiques et des SSII qui les noient sous un langage abscons ?
-  Leurs craintes vis-à-vis de la maintenance informatique et des problèmes de sécurité qui y sont liés ?
-  Le manque de compétence en interne ?
-  Leur manque de temps réel à se former car étant trop accaparés par les contraintes de leur gestion comptable et administrative ? les problèmes commerciaux ? Les délais ? les moyens budgétaires ? Leur difficulté face aux Ressources Humaines et au Droit du Travail ?
-  La méconnaissance « PRATIQUE et OPERATIONNELLE » de leurs organismes professionnels sur le sujet : fédérations professionnelles, Chambres consulaires... ?
-  Et que dire des élus territoriaux et des personnels de la Fonction Publique Territoriale chargés normalement de renseigner ou d’initier les programmes d’aides aux entreprises.

Aujourd’hui tous ces facteurs doivent se conjuguer...

PROPOSITIONS

C’est un véritable plan MARSHALL qu’il faut mettre en œuvre !

Dans lequel on devrait trouver des aides financières et des financements pour :

- Etudes réelles secteur par secteur, branche par branche, région par région, et par taille d’effectifs des « problèmatiques » rencontrées par les chefs d’entreprise dans leurs difficultés à entrer dans la société numérique (appelée encore société de la connaissance ?????? - voir les questions précédentes)

- Formation des Chefs d’entreprise à l’usage des TIC dans leur organisation avec études de Faisabilité) -
(Attention que ce ne soit pas le temps de présence qui soit pris en compte comme pour les salariés ! mais un travail d’étude de faisabilité réelle pour son entreprise !)
On parle sans arrêt des besoins de formation des salariés en particulier pour ceux qui sont en recherche d’emploi !
Quand va-t-on prendre en compte que dans nos PME et nos TPE, le chef d’entreprise doit se former à la nouvelle société mondialisée et numérisée qui se met en place - Or pour lui, c’est l’étude de son cas particulier qui lui permettra de franchir cette étape !)

- Formation des personnels territoriaux de la fonction publique chargés d’accompagner les entreprises, aux usages des TIC dans l’entreprise dont les VPN

- Aides aux financements des entreprises dans le développement des applicatifs de leur système d’information en VPN dont les études de leur process relatif aux traitements de l’information par les différents acteurs !!!

- Mise en place sous l’égide du Ministère de l’Industrie d’un Organisme de Qualification Professionnelle des SSII établissant une nomenclature de savoir faire, qui serait de même nature que QUALIBAT (OPQCB) en ce qui concerne les métiers du Bâtiment.