Association Française du Télétravail et des Téléactivités
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Rapport Gallois : La cible encore manquée

Rapport Gallois : La cible encore manquée

D 20 novembre 2012     H 23:55     A webmaster     C 0 messages


Rapport Gallois Pacte pour la compétitivité de l’industrie française : La cible encore manquée

Communiqué de l’AFTT - ASSOCIATION FRANCAISE DU TELETRAVAIL ET DES TELEACTIVITES

Certes, on se rapproche du cœur du problème de la compétitivité de l’économie française, mais on en reste encore sur les bords, sans vraiment oser affronter ce qui nous paraît constituer le blocage essentiel : la crise de la productivité du travail.
Toutes les mesures préconisées par Louis Gallois sont sans doute utiles et nécessaires, mais l’on peut douter de leur efficacité, car elles risquent fort de buter, comme les autres tentatives qui les ont précédées, sur ce mur pour l’instant infranchissable.
Quel est le problème ?
Le calcul économique est simple : si la productivité du travail progresse, l’entreprise (l’économie en général) dispose de nouvelles marges, pour investir, faire de la recherche, baisser les prix, créer de nouveaux produits ou services, améliorer la qualité ou la relation client, faire évoluer la situation des salariés, etc. tous éléments qui vont, par une voie ou une autre, finir par renforcer la position relative de cette entreprise parmi ses concurrentes. Le rapport Gallois signale que « la productivité horaire du travail en France est une des plus fortes d’Europe même si sa croissance ralentit de manière préoccupante » (p. 15). Malheureusement, hormis ce constat (déjà connu) rien n’est dit sur les raisons qui peuvent expliquer cette situation effectivement « préoccupante ».

Pourquoi en sommes-nous là ?

Les travaux menés par l’AFTT depuis presque une vingtaine d’années, la connaissance des expériences étrangères en particulier, font apparaître cette singularité française : l’état déplorable des relations de travail au sein des entreprises ou des administrations. Le travail est mal considéré, mal organisé, les relations traditionnelles (hiérarchiques, top down) sont de plus en plus inefficaces, les nouveaux modèles d’organisation (bottom up) les nouvelles pratiques créatives, réactives, agiles, collaboratives, les modes projet … se développent très lentement, au prix d’efforts individuels, mal compris, mal récompensés, qui aboutissent le plus souvent au découragement et au laisser-aller.

Y a-t-il une solution ?

Le mal est profond, séculaire, entretenu par les mentalités et les institutions existantes, et donc, toute solution ne peut être que générale et de longue durée. Un vecteur possible pour enclencher une dynamique salvatrice est l’introduction du télétravail : hiérarchie et employés sont amenés dans une position de dialogue, on est obligé de se faire confiance, et l’on commence à vraiment travailler ensemble. Et le plus étonnant, c’est que cela marche.
Alors pourquoi attendre ?